Laboratoire ICAR (CNRS, Université Lyon 2, ENS de Lyon)

Colloque IMPEC 2020 > Appel à communication

Affiche IMPEC 2020

Dans la lignée du colloque 2018 qui avait examiné les relations entre corps et écrans, le colloque IMPEC 2020 (1-3 juillet 2020, ENS de Lyon) porte sur le thème des sensorialités. En effet, la question du sensible, en tant que ce qui peut être perçu par les sens, en relation avec les écrans, est au cœur de l’étude des expériences écraniques que le groupe IMPEC se donne comme premier objet d’investigation, qu’il s’agisse de situations de jeux, de travail, ou de tout autre situation de communication. Ces nouvelles relations peuvent être étudiées à partir des sous-thèmes suivants :

A/ Quel rôle jouent les cinq sens dans les interactions par/avec/dans les écrans ?

Classiquement, du point de vue de la physiologie occidentale, il est admis que les êtres humains possèdent cinq sens correspondant aux récepteurs de la perception. Il existe aussi de nombreux autres travaux qui montrent que la sensorialité peut se donner sous une forme plus globale dans laquelle la distinction entre les sens n’est pas une évidence.

Dans les interactions par écran, quels sont les sens sollicités de façon préférentielle ? Comment les perceptions sensorielles “minoritaires” (olfaction, goût) sont-elles remplacées ou compensées ? Quel est le statut particulier du toucher - puisque de nombreuses interfaces permettent d’agir sur l'application en touchant l’écran ? Dans ce contexte, existe-t-il des situations inédites de multisensorialités, de trans-sensorialités ? Si oui, comment se manifestent celles-ci ? En quoi les interactions par écran permettent-elles de repenser la perception et les frontières, la combinaison, ou les relations entre les sens ?

B/ Vers des sensorialités écraniques ?

Les écrans (tablettes, smartphones, ordinateurs, etc.) s’appuient majoritairement sur la vue et l’audition – les deux sens que la culture occidentale a traditionnellement privilégiés – en laissant de côté l’olfaction et le goût. Quant au toucher, pourvu du statut particulier d’être le seul sens entrainant une réciprocité immédiate (toucher implique être touché.e), il a (re)trouvé une place centrale, grâce à son lien avec l’œil, dans les interactions par écran, qui toutefois semblent mettre à l’épreuve son statut de réciprocité immédiate. Quelle est la portée de ces modifications sur les interactions et les échanges écraniques, et plus généralement sur notre expérience sensorielle ? S’agit-il d’une transformation remarquable dans la traditionnelle hiérarchisation occidentale des sens ? Peut-on y observer une nouvelle forme de « désincarnation » ? Ou au contraire atteste-t-on de nouvelles formes d’inclusion de nos sens proximaux (sens impliquant une cible proche du récepteur sensoriel, comme le toucher, l’olfaction et le goût) par rapport aux sens distaux (comme la vue et l’audition) ? Si oui, dans quels contextes ?

Plus largement, dans les interactions par écran, peut-on identifier des formes préférentielles de sensorialité proposées aux sujets ? Les interactions à distance (comme la télé-présence) sont-elles le lieu de sensorialités augmentées ? dégradées ? sur-stimulantes (trop d’informations) ? Quels sont les impacts sur les ressentis des sujets ? L’internalisation récente des écrans (à comprendre comme la croissante utilisation de certains organes de notre corps comme des écransconnectés à des dispositifs numériques) offre-t-elle de nouvelles possibilités d’interaction qui reconfigurent les sensorialités du fait de leur médiation ?

C/ Comment les “sensorialités écraniques” sont-elles mobilisées et investies dans des interactions aux enjeux spécifiques ?

Le thème des sensorialités dans les interactions par écran constitue un accès privilégié pour interroger l’accès au numérique des personnes engagées dans les interactions.

En particulier, en quoi les interactions par écran peuvent-elles être une occasion de questionner le handicap, notamment sensoriel ? Quel est le rôle joué par exemple par la suppléance perceptive ? Quelle éducation sensorielle peut-on envisager dans ce contexte ?

Le thème des sensorialités peut également poser des questions spécifiques selon les générations. Comment intégrer la dimension générationnelle et transgénérationnelle à ces réflexions et travaux ?

Par ailleurs, dans des situations interculturelles, en quoi l’étude des sensorialités écraniques peut-elle permettre de questionner les normes et les codes sociaux ? Par exemple, dans quelle mesure les habitudes de regards dans le champ ou hors champ de la webcaméra, ou l’utilisation d’émoticônes sont-elles (ou non) différentes selon les cultures ? Ces pratiques sont-elles modifiées ou renforcées selon les contextes écraniques ?

D/ Quelles méthodologies mobiliser pour l’étude des relations entre sensorialités et écrans ?

Les méthodologies mises en œuvre pour l’étude des relations entre sensorialités et écrans nécessitent d’être questionnées. Par exemple, quel dispositif utiliser pour attester et capter la dimension sensorielle dans les interactions par écran ? Comment rendre compte de cette dimension dans le traitement des données et à partir de quels indices ? Et ensuite dans les analyses, comment la restituer ?

Les soumissions offrant une réflexion ou un retour d’expérience sur le métissage de cadres méthodologiques ou présentant des propositions innovantes de méthodologies seront particulièrement appréciées.

 

D'autres questions liées à la relation sensorialités-écrans pourront également intéresser l'édition 2020. Ce colloque est pensé pour travailler dans l’interdisciplinarité : nous encourageons donc toutes les personnes intéressées à venir dialoguer avec nous lors de cette prochaine édition.

Modalités de soumission

Nous prévoyons trois modalités de soumissions :

  • Les communications orales

  • Les symposia

  • Les ateliers

Le détail sur ces modalités est disponible sur cette page : https://impec.sciencesconf.org/resource/page/id/57 .

Une aide financière peut être accordée aux doctorants étrangers. Pour cela il est nécessaire de remplir la demande à télécharger ici et la renvoyer en parallèle de votre soumission à groupe.impec@gmail.com. Elle sera évaluée avec votre résumé. Une réponse sera donnée au même moment que le résultat de l'évaluation en double aveugle de la soumission.

La deadline pour envoyer votre soumission en ligne est le 8 mars 2020. Le dépôt est uniquement en ligne sur le site du colloque : https://impec.sciencesconf.org/submission/submit

Pour nous écrire, une adresse unique : groupe.impec@gmail.com

e
Personnes connectées : 1